Zlatan: La meilleure interview que quelqu’un a fait avec moi en 10 ans

Zlatan Ibrahimović est un des meilleurs joueurs de foot du monde. Il donne rarement des interviews, mais il a invité les reporters de SvD Junior à Manchester. SvD Junior est un journal pour enfants, pour écoliers, qui est aussi fait par des enfants – avec l’aide des nos journalistes adultes à SvD.

Les reporters Arbnor och Shenasi ont rencontré Zlatan à Manchester. Foto: Yvonne Åsell

Pendant la coupe d’Europe en France cet été, les jeunes reporters de SvD Junior ont marché dans les pas d’Ibrahimović dans son quartier d’enfance Rosengård, à Malmö. Juste avant que nous partions, Shenasi, un des jeunes écrivains, est venu vers nous, et il a chuchoté:  

« J’espère qu’Ibrahimovic sera content de lire ça »

Six mois plus tard Shenasi et Ibrahimović, tous les deux se trouvent dans un studio à Manchester.

Depuis plus d’un an et demi, SvD Junior avait essayé de convaincre le joueur de se laisser interviewer. Et, enfin, un jour de novembre, le téléphone a sonné.

« Ibrahimović veut vous rencontrer, mais vous devez vous rendre à Manchester, » nous a dit Joël, un homme qui travaille avec lui.

Efter reklamen visas:
Zlatan Intervju 1
L´heure de petit déjeuner à Manchester. Foto: Yvonne Åsell

Demain ? Quoi ?

SvD Junior est alors retourné à Rosengård. Les garçons qui seront nos reporters pour l’interview avec Ibrahimović sont Shenasi, qui a once ans, et son meilleur ami Arbnor qui a 10 ans et qui, lui aussi, figure dans le reportage de cet été. Les deux jouent dans l’équipe FC Rosengård. Quand on les revoit, ils ne savent pas qu’ils vont bientôt rencontrer leur idole. Quand ils s’en aperçoivent, qu’ils vont à Manchester pour rencontrer Ibrahimović, ça les laisse muets. Après un long moment, ils demandent :

« Demain ? Quoi ? »

Shenasi och Arbnor préparent leurs questions. Foto: Yvonne Åsell

Dans l’avion les passagers voyagent en silence, tous sauf Arbnor et Shenasi, qui rient fort et planifient leur grande interview. Le lendemain, c’est comme s’ils se préparaient pour un grand match de foot.

Nous mangeons un grand petit déjeuner, et travaillons avec les questions.

Soudain, il est cinq heures. Il est temps. Au loin, ils voient Ibrahimović.

« Regarde, il est là », les garçons chuchotent.

Ibrahimović s’approche, les pouces levés, puis demande:

« Vous êtes nerveux? Faut pas l’être, les gars – moi ne je le suis pas. »

On montre Ibrahimović le reportage de cet été dans SvD Junior, et il fait un grand sourire quand il voit Shenasi, Arbnor et les autres jeunes joueurs de foot de Rosengård sur les photos.

« C’est vraiment bien, les gars – vous avez écrit ceci? Je vais montrer cet article à mes enfants », dit Ibrahimović.

Ibrahimović et les jeunes reporters discutent Rosengård, l’école, les terrains de foot où ils ont déjà joué et les gens qu’ils connaissent.

Zlatan Ibrahimovic dit bonjour à Shenasi et Arbnor. Foto: Yvonne Åsell

Shenasi: Parmi tous les exercices d'entrainement de foot, quel est le plus dur?

« Pour moi, le plus dur c’est courir, haha. Mais il faut. Si on ne court pas, ça devient encore plus dur plus tard. Moi, j’aime mieux attaquer – et je suis doué pour. Mais la défense j’aime moins. »

Arbnor : Quand vous êtes fatigué et vous n’avez pas vraiment la force pour vous entraîner, qu’est qui vous fait travailler tout de même?

« Pooh ! C’est ces moments-là qu’on doit avoir de la discipline. Il faut s’entrainer tout de même. Si tu arrive à le faire quand tu es fatigué, alors tu peux le faire tous les jours. Il faut s’entrainer tous les jour. Motive-toi, et amuse-toi aussi. Trouve quelque chose qui te motive à améliorer. Si par exemple tu es fâché avec quelqu’un, alors glisse le ballon entre ses jambes, ou essayes de gagner sur lui en dribble. C’est drôle, jouer au foot, n’est ce pas? Ne vous inquiétez pas, aussi longtemps que vous pensez que le foot est amusant. »

Abnor demande à Zlatan une de toutes les questions préparées. Foto: Yvonne Åsell

Shenasi: Qui est votre meilleur ami dans l’équipe?

« Le Ballon. Il est devenu mon meilleur ami. Sinon, après le ballon, dans cette équipe ? Il y en a plusieurs, ils sont tous gentils. »

Shenasi: Mais quelqu’un avec qui vous passez plus de temps?

« Tu veux dire après les entrainements ? Pas beaucoup de monde, à vrai dire. Maintenant que j’ai deux enfants, je n’ai pas vraiment le temps de faire beaucoup de choses. Je n’ai pas l’énergie pour rencontrer les camarades de l’équipe après, je pense que les entrainements suffisent.»

Arbnor, Zlatan et Shenasi. Foto: Yvonne Åsell

Shenasi: Et pendant l’entrainement, vous courez avec qui?

« Il y en a plusieurs, voyons… c’est Mkhitaryan, Wayne Rooney, et qui encore..? »

Arbnor: Pogba?

« Oui Pogba, des fois. Mais il est toujours en retard, lui. Alors il est souvent derrière moi. Ce dépend. S’ils ont de la chance, il peuvent courir à coté de moi! »

Arbnor: Comment vous vous êtes senti quand vous avez raccroché votre maillot de l’équipe nationale au stade Zlatan Court à Rosengård – pour toujours? (Ibrahimovic a joué son dernier match pour la Suède cet été, pendant la coupe d’Europe).

« C’était un peu dur. C’était la dernière fois que j’ai touché ce maillot, que je porte depuis 15 ans. J’ai passé beaucoup de temps et vécu beaucoup de choses avec l’équipe nationale. Des moments durs, des moments rigolos, des moments bien. Plusieurs pages d’histoire se sont écrits avec ce maillot. Mais à un moment donné, tout se termine et quelque chose de nouveau se produit. Voilà pourquoi je dis : profitez-vous pendant le temps que ça dur. Quand c’est fini, vous ne pouvez pas revenir en arrière. »

Shenasi: Avez-vous des conseils sur ce qu’il il faut faire pour être aussi bon que vous?

« Pratique, pratique et pratique encore. Tant que vous vous entrainez, vous vous amusez et vous voulez progresser dans tout ce que vous faites, tout ira bien. Concentrez-vous, et osez aussi l'échec – c’est le principal. Et il faut avoir confiance en soi. Nous sommes de Rosengård, nous avons confiance en nous ! Voilà comment nous sommes. Vous serez mieux que moi, pas aussi bon, mais mieux. »

Arbnor: Comment étiez-vous à notre âge?

"Personne ne croyait que je deviendrais quelque chose. Seul moi, je le savais. Il n’était pas important pour moi ce qui pensaient les autres. La chose importante c’est que moi, je le savais.

Quand je suis arrivé à l’équipe de Malmö, MFF, il y avait ceux qui disaient que je ne réussirais pas. Mais qu’est ce qui c’est passé? Je suis au sommet et eux, ils sont ailleurs, je ne sais où. Le plus important c’est ce que vous croyez en vous. Travaillez, n’hésitez pas – et vous réussirez. »

Zlatan est détendu quand il rencontre les deux garcons de Rosengård. ”Vous êtes nerveux? Faut pas l’être, les gars – moi ne je le suis pas,” dit-il. Foto: Yvonne Åsell

Shenasi: Et vous, comment avez-vous obtenu votre confiance en vous?

« En croyant en ce que je fais. Même quand quelqu'un a essayé de me rabaisser, je croyais en moi. Je me suis toujours dit que je suis le meilleur, et c'est comme ça que je m’entraînais. Pour devenir le meilleur je m’entraînais toujours beaucoup plus dur que les autres. C’est comme ça qu’on réussit. »

Shenasi: Qu'est-ce qui vous met en colère? 

« Beaucoup de choses. Je joue mieux quand je suis en colère. Je n’aime pas quand les personnes qui sont déjà faibles se font attaquer, cela me rend très en colère. Et quand tout le monde n’a pas les mêmes possibilités, cela aussi me rend très en colère. »

Arbnor: Qu’est-ce que vous aimez faire le plus?

« Jouer au foot. C’est le plus drôle, et c’est aussi mon métier ».

Qu’est-ce qui vous fait peur, appart peut-être que quelque chose arrive à votre famille?

"Pas beaucoup. Il n’y a rien qui me fait peur. Je me sens fort, comme vous. »

Arbnor: Quel est votre gâteaux préféré?

« Qu’est-ce qu’on aime? Les roulés a la cannelle. J’aime quand Helena les fait. Ce n’est pas très souvent, mais j’aime beaucoup. Et les boules de chocolat. »

Foto: Yvonne Åsell

Arbnor: Quel est votre style de vêtements?

« Eh bein… je ne suis pas très fashion. J’aime être confortable. Je n’aime pas les costumes, c’est pour les snobes. Mais il faut en mettre un quand on va recevoir un prix. »

Shenasi: Quel est votre plat préféré?

« Qu’est-ce que vous mangez, vous ? Du kebabs, des pizzas ? Cela m’arrive aussi… »

Arbnor: Qu’est-ce que vous aimez le plus avec Rosengård? Il vous manque?

« Si j’avais le choix, j’habiterais là-bas. C’est de là que je viens, et c’est là où j’ai appris à jouer le foot. Je suis fière de dire que je viens de – Rosengård. Pour moi Rosengård était le paradis. Je pouvais être moi-même, je pouvais faire tout. Je faisais de bêtises aussi – il le faut. Rosengård me manque beaucoup. J’y retournerai. »

Foto: Yvonne Åsell

Shenasi: As-tu le droit de manger des pizzas, hamburgers et bonbons?

«Ah, oui, je mange ce que je veux. Je suis le seul qui a le droit. Les autrent ne peuvent pas. Mais moi, je le mange parfois.

Shenasi: Qu'est-ce que vous voulez pour Noël quand vous étiez petit?

« Je voulais toutes les belles choses que je ne pouvais jamais avoir. Je ne recevais pas beaucoup de cadeaux de noël. Voilà pourquoi je les ai tous ramené à la maison aujourd’hui, ces cadeaux. De quoi on rêve à Rosengård ? D’une belle voiture, je voulais ça. Aujourd’hui j’ai plusieurs belles voitures. Aujourd’hui je ne veux pas autant de cadeaux de noël. Maintenant je préfère les offrir à mes proches. Á mes enfants. Moi, je veux de la joie, de l’amour, du calme – c’est ce que je veux. »

Zlatan et Arbnor. Foto: Yvonne Åsell

Vous avez vraiment très bien travaillé, les gars, c’est la meilleure interview que quelqu’un a fait avec moi en 10 ans.

L’interview est terminée. On reste un moment pour « traîner » avec le star.

Ibrahimovic rit et plaisante avec les garçons, qui prennent des selfies et reçoivent des autographes:

– Vous avez vraiment très bien travaillé, les gars, c’est la meilleure interview que quelqu’un a fait avec moi en 10 ans, il dit.

Une voiture vient chercher l’équipe de SvD Junior, pour qu’on ne loupe pas l’avion.

« Oh oh, vous avez vu ses grandes mains? » Shenasi demande, alors qu’il regarde Manchester par la fenêtre de la voiture.

« Oui, et t’as vu ses pieds? Ils étaient bien grands aussi », Arbnor ajoute. 

Il était comme vous l’aviez imaginé?

"Non, il était moine sévère que l’on pensait", dit Shenasi.

« Oui, et il ne parlait pas d’une voix grave et en colère. Il a dit "okay" plusieurs fois", dit Arbnor.

Traduction: Teresa Küchler

Arbnor et Shenasi. Foto: Yvonne Åsell

Les reporters Arbnor och Shenasi ont rencontré Zlatan à Manchester.

Foto: Yvonne Åsell Bild 1 av 11

L´heure de petit déjeuner à Manchester.

Foto: Yvonne Åsell Bild 2 av 11

Shenasi och Arbnor préparent leurs questions.

Foto: Yvonne Åsell Bild 3 av 11

Zlatan Ibrahimovic dit bonjour à Shenasi et Arbnor.

Foto: Yvonne Åsell Bild 4 av 11

Abnor demande à Zlatan une de toutes les questions préparées.

Foto: Yvonne Åsell Bild 5 av 11

Arbnor, Zlatan et Shenasi.

Foto: Yvonne Åsell Bild 6 av 11

Zlatan est détendu quand il rencontre les deux garcons de Rosengård. ”Vous êtes nerveux? Faut pas l’être, les gars – moi ne je le suis pas,” dit-il.

Foto: Yvonne Åsell Bild 7 av 11
Foto: Yvonne Åsell Bild 8 av 11
Foto: Yvonne Åsell Bild 9 av 11

Zlatan et Arbnor.

Foto: Yvonne Åsell Bild 10 av 11

Arbnor et Shenasi.

Foto: Yvonne Åsell Bild 11 av 11
Annons
X
Annons
X
Annons
X